Géocaching… la chasse au trésor 2.0 !

Le principe

Entre la chasse aux trésors et le parcours d’orientation, le géocaching consiste à trouver des petites boîtes remplies de petits trésors (souvent de faible valeur), cachées par des initiés dans des coins insolites, pittoresques ou en fin d’une jolie balade. GPS en main et lunettes sur le nez, le géocaching se joue dans le monde entier.

J’ai testé pour vous…

Village de Castelnau-Barbarens © Lionel Lizet

Tout a commencé un week-end ensoleillé où je ne savais pas quoi faire… partir à la mer ? à la montagne ? Sur une journée, ça fait trop court… et puis j’ai tendance à oublier que je suis entourée de jolis villages, et surtout, que je suis loin de les connaître par cœur.
Un collègue m’avait parlé du Géocaching il y a quelques temps…  Ça fait quelques temps que je suis installée dans le Gers et je crois connaître la région, mais au fond, je sais qu’elle a plein de secrets à me livrer. Je me suis dit que c’était l’occasion de tester. J’ai donc invité des amis, et ensemble on a découvert le géocaching. Je n’ai pas été déçue !

Les préparatifs

J’ai déjà commencé par télécharger mon application gratuite « Géocaching » sur mon smartphone. J’ai créé mon compte et activé la géolocalisation pour avoir accès aux caches qui se situent à proximité (vous allez être surpris par le nombre de caches près de chez vous).
Un petit sac à dos, une gourde, quelques fruits (quand on part à l’aventure, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver), un stylo (qui écrit c’est toujours mieux), une batterie externe (pour ceux qui ont un smartphone feignant), l’appareil photo pour les photographes en herbes comme moi, et en route !

C’est parti !

On s’est rejoint en haut de l’escalier monumental, à Auch. C’est un peu le point de rendez-vous central des auscitains, idéal pour commencer notre aventure et aussi pour le plaisir des yeux… aaaah cette vue, je ne m’en lasse pas.

Une fois l’équipe au complet, on sort nos téléphones. On se rend vite compte que tout le monde n’a pas la même application. On décide alors de faire un test tous ensemble avec la première cache qui, ça tombe bien, est à quelques pas de là où nous sommes, au bout d’une pousterle (les fameuses ruelles médiévales typiques d’Auch).
Une fois la cache sélectionnée sur notre téléphone, la boussole s’affiche, et on doit suivre les indications « tournez à droite, levez les yeux, faites le tour… ». Toute l’équipe inspecte, cherche…
Là-voilà ! Première cache trouvée héhé !
Ah oui, il faut savoir que sur l’application, il existe des caches gratuites (en vert) et des caches payantes (en gris). Depuis l’application, on peut aussi voir le point de départ, les différentes étapes, le niveau de difficulté,…

On décide donc, en tant que grands sportifs (ou presque), de prendre nos vélos et d’aller arpenter les villages aux alentours pour chercher les prochaines caches. Casque de vélo sur la tête (on vous épargne la photo), on prend la route direction Montaut-les-Créneaux où plusieurs caches sont localisées.
Une première cache trouvée, puis une autre ! Certaines caches sont encore plus compliquées à trouver puisqu’il faut résoudre des énigmes d’abord. On se prend vraiment au jeu !

Comme je m’en doutais, on découvre de nouveaux endroits, de beaux points de vue, et surtout on prend le temps de contempler ce qui nous entoure.
Avant de repartir, on trouve deux  autres caches. Derrière un caillou, dans un recoin de mur, aimantées sous un banc… les caches sont bien dissimulées et d’autant plus plaisantes à trouver.
Dans une des caches, on a trouvé une figurine qui devait voyager. Des géocacheurs s’amusent à cacher des objets et à leur donner des missions : traverser un océan, changer de continent, rendre visite aux kangourous…
Je ne vous en dis pas plus, à vous d’aller les chercher.
Ce qui est sûr, c’est qu’à chaque fois, on a marqué notre passage : un petit mot dans un petit carnet, ou on a laissé nos coordonnées. Puis sur l’appli, on se « log » pour partager l’expérience et après chaque cache trouvée, on l’a remet à l’endroit exact où on l’a découverte.

La journée touche à sa fin, on décide de  reprendre nos vélos pour retourner sur Auch. Sur la route on s’arrête se rafraichir dans une brasserie, nouvellement installée, pour se remettre des émotions et débriefer sur notre découverte.
Moldus comme ex-moldus (oui, le géocaching a son propre langage, ça rajoute un côté « magique » à l’activité), on est tous ravis ! « J’ai découvert de nouveaux coins, et c’est un truc sympa à faire en groupe : on cherche à plusieurs, ça met un peu de challenge dans la bonne ambiance » me confie une amie.
J’ai été agréablement surprise par cette après-midi. Connectée et à la fois déconnectée, je me suis prise au jeu et ce n’est que le début, rien qu’autour d’Auch il y a 190 géocaches. Une idée simple mais drôlement addictive !

Après-midi géocaching à Montaut-les-Créneaux © Lionel Lizet

Quelques petites règles que j’ai comprises au fur et à mesure…

Règle numéro 1 : rester discret ! Quand on trouve une cache, on se débrouille pour que personne ne nous voit, trop facile pour les moldus sinon !
Règle numéro 2 : toujours remettre la cache à l’endroit exact où on l’a trouvée ! Sans aider les autres géocacheurs, le but reste quand même que tout le monde puisse jouer.
Règle numéro 3 : si un petit trésor vous plait, on ne le vole pas ! Par contre, vous pouvez le récupérer et le remplacer aussitôt par un autre objet de même valeur.

Vous n’êtes pas encore convaincus ? Les bonnes raisons pour s’y mettre

Grandes sensations pour petits budgets ! Même si la plupart des géocacheurs sont des initiés, cela reste une activité accessible pour tous. Pour les plus passionnés, il existe des applications payantes plus précises et plus performantes, mais pour débuter, les applications gratuites sont amplement suffisantes !
On met tout le monde d’accord : trop souvent vous vous plaignez de ne pas pouvoir faire de tourisme avec les enfants ? C’est l’occasion.  Motivés par les « trésors » à retrouver, ils vont se prendre au jeu. Vous pourrez alors découvrir de jolis, étonnants, insolites lieux, villages, points de vue… sans les entendre râler.
Sportif d’un jour, géocacheur de toujours : avis aux sportifs du dimanche : de nombreuses caches se trouvent au bout d’une randonnée bien pensée, souvent inconnue. Vous pouvez aussi troquer la voiture contre le vélo, et aller de cache en cache sportivement. D’autant plus que le Gers n’est pas la région l’a plus plane que l’on connaisse… Vous pouvez donc transformer le géocaching en version sport !
Challenger dans l’âme : fais voyager des objets, sois le premier à trouver LA nouvelle cache, résous des énigmes plus abracadabrantes les unes que les autres… creuse toi les méninges avec le géocaching !