Conférence sur le quartier de cavalerie

Quartier Espagne copyright Ville d'Auch

Le Pays d’art et d’histoire du Grand Auch vous invite en ce début d’année à la première conférence de restitution des recherches réalisées dans le cadre de l’Inventaire du patrimoine du Grand Auch. Ce vendredi 24 janvier sera l’occasion d’aborder l’histoire architecturale du quartier Espagne. Deux conférences (à 15h et à 18h) sont organisées à la salle de réunion du Circ (1er étage), allée des Arts – Auch.

Pays d'art et d'histoireEn collaboration avec la Région Midi-Pyrénées, Grand Auch Agglomération a missionné Julien Defillon pour réaliser l’étude historique et architecturale du quartier Espagne. Couvrant 13,6 ha en bordure du Gers, l’ancien quartier de cavalerie a accueilli près de 1 000 hommes et 800 chevaux grâce à des agrandissements successifs autour de deux places d’armes (écuries, manège, magasin à fourrages, sellerie, infirmerie…) ; sa réhabilitation partielle en pôle culturel lui donne une nouvelle vie !

Un peu d’histoire

Le quartier de cavalerie Espagne à Auch est l’un des deux grands sites militaires de la ville édifiés au XIXe siècle. Il a représenté pendant longtemps la limite nord de la cité, avec le quartier de la Treille.

Vue aérienne du quartier espagneSon histoire semblait bien connue avec sa construction entre la première et la seconde moitié du XIXe siècle, et les événements survenus durant la seconde Guerre Mondiale.

Pour autant, l’étude d’Inventaire menée au cours de l’année 2012 dans le cadre du partenariat entre le Pays d’art et d’histoire du Grand Auch et le service Connaissance du Patrimoine de la Région Midi-Pyrénées a permis de découvrir, ou de redécouvrir, des éléments davantage méconnus, comme le fait que le quartier Espagne se nommait auparavant Quartier Henri en hommage au duc de Bordeaux.

Mais ces nouvelles recherches ont surtout révélé que les dates portées sur les bâtiments, tant ceux de la rive gauche (1828) que ceux de la rive droite (1846) ne correspondaient pas exactement au dates de construction, mais plutôt aux années où les travaux devaient théoriquement être terminés, ce qui ne fut pas le cas. En effet, la consultation et le rapprochement de plusieurs archives (Archives du Service Historique de la Défense, Archives départementales du Gers, Archives communales d’Auch) ont permis d’effectuer un retour en arrière sur les conditions d’édification de ces bâtiments avec un chantier plusieurs fois à l’arrêt, suite à de nombreuses discordes entre l’Etat et la Commune sur des questions de financement des travaux. Le soin apporté par les agents des services du Génie à la réalisation des différents plans retrouvés atteste aussi de l’importance de ce projet, tant pour l’Etat que pour les édiles municipaux de l’époque. Ainsi, en 1832 le préfet du Gers n’hésite pas à présenter le futur ensemble, alors en construction, comme “l’un des plus beaux bâtiments des départements du Midi du point de vue constructions militaires”.

Outre une meilleure connaissance de l’histoire du site, cette étude a permis une meilleure compréhension de l’architecture du quartier, avec la présence côte à côte de deux types d’implantation de bâtiments, véritables parangons des plans de quartier de cavalerie au XIXe siècle en France. En effet, si les bâtiments de la rive gauche se présentent comme étant d’inspiration néoclassique avec un héritage du XVIIIe siècle, ceux de la rive gauche ont été mis en œuvre en suivant les modèles élaborés par les services du Génie selon les nouvelles normes de casernement.

Mode d’emploi :

Conférence assurée par Julien Defillon, chercheur Inventaire, doctorant à l’université Lyon II
Durée : 1h, ou un peu plus…
Les conférences durent environ 1h, suivie d’un échange avec le public.
Tarif : Accès libre et gratuit.
Renseignements, réservations :
Le nombre de places étant  limité, il est fortement conseillé de réserver à l’avance ici ou 05 62 05 74 79 (Musée des Jacobins).

Retrouvez le programme des prochaines conférences et visites guidées :